FICHE ELEVAGE

Gregorio VÁZQUEZ

Plan : 01.01



Il est un point sur lequel tous les auteurs concordent, (par exemple LÓPEZ MARTÍNEZ dans son "Diccionario de Agricultura" ou don Luis URIARTE, "DON LUIS", dans ses oeuvres) : le bétail "frailero" andalou [voir la note en italique dans la fiche des CHARTREUX de Jerez], essentiellement chartreux et dominicain, produit des dîmes, est prédominant dans le bétail du premier VÁZQUEZ ; d'où la grande variété des capes. Tout ce bétail andalou a comme origine les mêmes "toros de la tierra de Andalucía" (comme nous les appelons ici). On peut retenir avec assez de vraisemblance que les chemins de la constitution de la première ganadería vazqueña sont les suivants :
° Vers 1755 (à partir de 1737 ?), Gregorio VÁZQUEZ acquiert du bétail de diverses provenances, dont le principal vient des CHARTREUX de Jerez, et probablement des DOMINICAINS de Séville (dont la source principale est chez les CHARTREUX) : c'est donc du bétail "frailero" venant des dîmes prélevées par les communautés religieuses sur les grands propriétaires terriens.
° Il semble qu'il y ait aussi d'autres sources locales. Et en particulier la totalité de la ganadería des JÉSUITES de Séville [N.B._ On manque d'informations précises, mais il est certain que c'est encore du bétail frailero, peut-être même cartujano !]. Comme la ganadería est attestée de 1717 à 1763, on conjecture ici que cette acquisition daterait de 1763.
Quelques années plus tard, dans les années 60 semble-t-il, il augmente son bétail grâce à des achats à ses compatriotes et voisins d'UTRERA... mais il est possible aussi que ces dernières acquisitions relèvent au moins en partie de son fils, à moins que certaines ne relèvent des deux :
° Acquisition chez Luis Antonio CABRERA (vers 1735-1768) [et/ou José Rafael (1768-1...)], dont les bêtes fraileras se caractérisent par leur volume (hypermétrique) : beaucoup de squelette [de "caisse"], et donc grande taille et poids ; capes variées, avec beaucoup de sardo, berrendo en colorado et jabonero : origine "frailera" oblige. Sans parler de leur redoutable sentido.
° Ajout [par lui ou/et par son fils Vicente José...] de produits de la ganadería de Juan José BÉCKER [BÉCQUER] (1765-1...), formée de vaches cabrera et d'étalons castillans du RASO DE PORTILLO : pattes d'acier, peu de noblesse, et grand sentido à moins que la lidia ne soit impeccable. Le pelage castaño est dominant.
° Pour certains, il acquiert encore la totalité de la ganadería des AUGUSTINS de Carmona... mais elle est attestée jusqu'en 1780, et lui est mort depuis 2 ans déjà : on ne peut exclure que cette possible acquisition soit le fait de son fils ; ou bien que son fils l'ait achevée [N.B._ On n'a pas d'informations sur l'élevage des AUGUSTINS ; mais de toute façon, c'est encore du bétail frailero, peut-être même cartujano. Toutefois, l'importance finale de ces détails n'est pas primordiale car ces AUGUSTINS font déjà partie des sources de Luis Antonio CABRERA (vers 1735-1768) : à cette époque, en Andalousie, tout vient des mêmes sources (les toros de la tierra de Andalucía, comme on les appelle ici) et sort un peu des mêmes "pots". Du travail en vue pour les amateurs de recherche dans les archives !].
° Gregorio croise (seulement cette part de bétail ?) avec des sementales (seulement ?) de Benito ULLOA y LEDESMA (1761-1...), qui recevra plus tard le titre de Marqués de CASA ULLOA, et dont les bêtes, d'origine cabrera elles aussi, sont très sauvages, féroces, et collantes ; et dont les pelages dominants sont le berrendo, surtout en negro, et le negro. _ En tout cas, au minimum, en 1761 il croise ses vaches avec des étalons de ULLOA.
Gregorio VÁZQUEZ débute à Sevilla le 30 avril 1763 pour les fêtes du printemps : il y touche 625 reales de laine pour un toro d'origine CABRERA provenant de Benito ULLOA. A sa mort, en 1778, la ganadería devient celle de son fils Vicente José, qui va lui donner un immense prestige. Mais on remarquera qu'il n'a encore jamais été fait mention des VISTAHERMOSA : on ne va pas tarder à comprendre pourquoi !


Les événements


Date : entre 1737 et 1755
  • Cession de bétail :
    L'élevage DOMINICAINS de San Jacinto (Sevilla) vend à l'élevage Gregorio VÁZQUEZ un lot de ses reproducteurs (encaste chartreux/cartujano).
    Les auteurs ne sont pas unanimes sur la date de 1755 ; il pourrait s'agir d'une ou plusieurs acquisitions à partir de 1737... ou de 1750 si les DOMINICAINS n'ont pas créé leur élevage avant cette date. Le fait d'une acquisition de bétail "domenicano", lui-même d'origine cartujana (chartreuse), est très probable.

  • Cession de bétail :
    L'élevage CHARTREUX DE JEREZ vend à l'élevage Gregorio VÁZQUEZ un lot de ses reproducteurs (encaste chartreux/cartujano).
    Les auteurs ne sont pas unanimes sur la date de 1755 ; il pourrait s'agir d'une ou plusieurs acquisitions à partir de 1737. Ce bétail semble bien former la principale base de l'élevage de Gregorio, le premier VÁZQUEZ.

  • Création :

    L'achat aux CHARTREUX constituant, semble-t-il, la base de l'élevage de Gregorio VÁZQUEZ, on y rattache ici, au moins symboliquement, la création de son élevage. _ La finca connue est "EL TORUÑO", celle-là même que les GUARDIOLA rendront célèbre au XXe siècle. Ce grand propriétaire terrien en a certainement d'autres...

  • Création :


Date : entre 1755 et 1768
  • Cession de bétail :
    L'élevage cb_la vend à l'élevage Gregorio VÁZQUEZ une quantité inconnue de têtes de nature inconnue (encaste cb).
    Gregorio VÁZQUEZ a-t-il vraiment acquis du bétail chez Luis Antonio CABRERA ? ou seulement chez son gendre et successeur José Rafael (dans ce cas entre 1768 et 1778) ? Ou encore seulement son fils Vicente José VÁZQUEZ chez José Rafael (après 1778) ? On peut aussi combiner les diverses possibilités... Et même y ajouter que le cabrera inclus dans le vázquez puisse venir seulement de Juan José BÉCKER [BÉCQUER] (1765-1...) et du Marqués de CASA ULLOA (1761-1...). Les informations sont un vrai fouillis, peu cohérent, et elles ne citent pas leurs sources. Par contre, il est certain qu'il y a du cabrera en quantité significative dans le vázquez, et c'est l'essentiel ! Si bien que l'option prise ici à l'intuition n'a qu'une importance relative... heureusement !


Date : entre 1760 et 1770
  • Cession de bétail :
    L'élevage AUGUSTINS de Carmona vend à l'élevage Gregorio VÁZQUEZ une quantité inconnue de têtes de nature inconnue (encaste toros de la tierra d\'Andalousie).
    Les dates sont approximatives. L'existence même de cette cession est incertaine. Mais il est fort probable que du bétail "augustin" entre dans l'amalgame vazqueño.


Date : entre 1761 et 1763
  • Cession de bétail :
    L'élevage cu vend à l'élevage Gregorio VÁZQUEZ quelques reproducteurs (encaste cb).
    Cette relation entre Benito ULLOA y LEDESMA, Marqués de CASA ULLOA et Gregorio VÁZQUEZ est certaine (enfin un point solide !) car, à Sevilla le 30 avril 1763 pour les fêtes du printemps, ce dernier fait courir un toro d'origine cabrera provenant de Benito ULLOA.


Date : 1763
Date : entre 1765 et 1778
  • Cession de bétail :
    L'élevage bkr vend à l'élevage Gregorio VÁZQUEZ une quantité inconnue de reproducteurs (encaste cb).
    Cette cession à Gregorio VÁZQUEZ [et/ou à son fils Vicente José...] est généralement considérée comme d'encaste cabrera ; mais en réalité, il est constitué du croisement de vaches cabrera par des étalons castillans du RASO DE PORTILLO. Mais on ne peut exclure absolument qu'il s'agisse de bétail non croisé...


Date : 1778
  • Cession de bétail :
    L'élevage Gregorio VÁZQUEZ lègue à l'élevage vz la totalité de ses têtes de bétail (encaste vázquez).

  • Transfert/Cession de lieu :
      finca EL TORUÑO sur la commune Utrera

  • Dissolution :