FICHE ELEVAGE

Pâture de Marcelino BERNALDO DE QUIRÓS

Plan : 03.01



Marcelino BERNALDO DE QUIRÓS y GALLÉ est d'originaire navarraise. Curé de Rota (Cádix), il fait-il venir en Andalousie un troupeau de caste navarra : le voyage, à pied, dure 6 mois ! Il ne semble pas qu'il ait constitué une ganadería proprement dite, qui aurait un fer et qui fournirait du bétail pour des spectacles officiels. C'est pourquoi on considère ici que ces toros constituent une "pâture". Ce troupeau est constitué avant 1762, date où il achètera du bétail aux DOMINICAINS de Sevilla. Attention._ Quel est ce bétail navarrais ? On pense évidemment au navarrais bien connu et toujours existant. Mais une autre hypothèse serait séduisante. Il semble que Pedro José PICAVEA de LESACA, d'origine navarraise, ait amené discrètement en Andalousie un bétail navarrais particulier, qui donnera naissance au saltillo, et qu'il l'ait introduit dans son élevage sous couvert de vistahermosa en raison du prestige de ce dernier. Puisque le troupeau des GALLARDO puis des PABLO-ROMERO s'enracine dans celui du curé de Rota, cela expliquerait à la fois pourquoi les PABLO-ROMERO se sont toujours défendu d'avoir croisé leur élevage avec du saltillo -même s'ils l'ont fait, ce serait un rafraîchissement et non un croisement !-, et pourquoi la part vistahermosa du génome des pablorromeros est à quelque 90% saltillo... C'est pourquoi il serait fort séduisant que le curé de Rota ait puisé à la même source que LESACA !


Les événements


Date : entre 1720 et 1760
  • Cession de bétail :
    L'élevage transfère à l'élevage Pâture de Marcelino BERNALDO DE QUIRÓS une quantité inconnue de reproducteurs (encaste nv).
    Marcelino BERNALDO DE QUIRÓS y GALLÉ est curé à Rota (Cádix), en Andalousie. Quelques années avant 1762 (mais combien ?), il fait venir des reproducteurs navarrais, mâles et femelles, depuis sa Navarre natale jusqu'en Andalousie. A cette époque, tout transport de bétail se fait à pieds : la "peregrinación dirigida" dure 6 mois, depuis Tudela et ses environs jusqu'aux terres gaditanes de Rota. Certaines sources affirment, sans autre précision, que le nombre de ces navarrais est "important". Ce transfert résulte-t-il d'un achat ? d'un don ? d'un héritage ? on ne sait pas. L'année n'étant pas connue, on a choisi ici une fourchette assez large.
    Attention._ Quel est ce bétail navarrais ? On pense évidemment au navarrais bien connu et toujours existant. Mais une autre hypothèse serait séduisante. Il semble que Pedro José PICAVEA de LESACA, d'origine navarraise, ait amené discrètement en Andalousie un bétail navarrais particulier, qui donnera naissance au saltillo, et qu'il l'ait introduit dans son élevage sous couvert de vistahermosa en raison du prestige de ce dernier. Puisque le troupeau des GALLARDO puis des PABLO-ROMERO s'enracine dans celui du curé de Rota, cela expliquerait à la fois pourquoi les PABLO-ROMERO se sont toujours défendu d'avoir croisé leur élevage avec du saltillo -même s'ils l'ont fait, ce serait un rafraîchissement et non un croisement !-, et pourquoi la part vistahermosa du génome des pablorromeros est à quelque 90% saltillo... C'est pourquoi il serait fort séduisant que le curé de Rota ait puisé à la même source que LESACA !

  • Création :

  • Création :

    Nom de la finca inconnu.


Date : 1762