CHORREADO


particularité générale du pelage
signifie : à dégoulinettes, à dégoulinades
(Description du toro ci-contre : un classique chorreado en verdugo chez le pablorromero, en l'occurrence de PARTIDO DE RESINA ; magnifique exemplaire à la tête courte et triangulaire typique, cárdeno , meleno, bocinegro, meano et botinero.)

1. Description

Particularité générale du pelage, chorreado consiste en des raies verticales et parallèles allant de l'épine dorsale au ventre ; elles peuvent se situer non seulement sur les flancs mais aussi sur la croupe, le cou, la face.
Représentait en 1995 3,72% du bétail de combat.

2. Castes et encastes concernés

° Le chorreado est assez fréquent dans le tronc ibarra - parladé.
° On en trouve dans la lignée urcola, ainsi que dans les castes vázquez et cabrera.

On distingue 2 catégories de chorreado :
+ Le chorreado en morcillo
° Description
Le chorreado en morcillo (= à dégoulinades en boudin ) consiste en des raies claires sur un pelage plus foncé.
Propre au negro et au tostado. Tel ce toro de MARTELILLA, negro chorreado en morcillo, ojalado, bragado et meano.
Mais cet étonnant aparejado en castaño oscuro [plutôt qu'en tostado...], atigrado (car les raies sont colorado sur fond castaño !), meleno, ojalado, bociblanco, albardado, et botinero ; castaño oscuro /tostado : il faut dire que les zones limites... se touchent !
Mais il y aura, plus bas, encore plus surprenant.
Place à l'imagination ! ° Reprenons nos esprits avec du plus classique. Voici un toro... encore assez original de Tulio et Isaías VÁZQUEZ : negro, chorredo en morcillo... les raies plus claires étant de tonalité très/trop rouge, et si larges que le pelage de ce toro prend une curieuse allure...
° Voici enfin du bien classique. - Un beau toro negro, choreado en morcillo castaño, algo rebarbo et calcetero si l'on ^prête attention aux quelques poils blancs du bout de la queue et de la patte arrière droite. - Un autre toro, lui aussi negro chorreado en morcillo castaño.
Représentait en 1995 2,08% du bétail de combat en 1995.
° Castes et encastes concernés
Se trouve chez Samuel FLORES, Manuela Agustina LÓPEZ FLORES, Alonso MORENO de la COVA, Luis ALGARRA, Marqués de DOMECQ, Manolo GONZÁLEZ, Carlos NÚÑEZ et ses dérivés, JANDILLA, Juan Pedro DOMECQ et ses dérivés, El TORREÓN, Diego ROMERO, LAMAMIÉ de CLAIRAC, VALVERDE...

+ Et le chorreado en verdugo>
° Description
Le chorreado en verdugo (=à dégoulinades en fouet ) consiste en des raies foncées sur un pelage plus clair.
Propre aux colorado, que l'on appelle alors atigrados, aux castaño, aux tostado, voire aux cárdeno . Dans ce dernier cas, les raies sont très fines et d'un noir intense : typique, entre autres, du pablorromero en particulier (cf. celui en exergue), et des saltillo en général ! En voici 2 autres exemples :
- Ce toro d'ESCOLAR GIL cárdeno finement chorreado en verdugo.
- Et ce toro typique, pablorromero cárdeno de PARTIDO DE RESINA.
Les negro sont évidemment les seuls strictement exclus du chorreado en verdugo !
Pour déroger à la règle, voici quand même ce novillo, lui aussi de PARTIDO DE RESINA, cárdeno claro, normalement chorreado en verdugo... mais à raies "anormalement " larges, ojalado, bocinegro, meano et botinero.
Voici 4 toros chorreado en verdugo, que l'on peut qualifier d'atigrado :
- celui-ci, bociblanco, ojalado, bragado et algo meano, qui porte le fer de PARLADÉ.
- Celui-ci, à peine capirote, bociblanco, meano et botinero.
- Cet autre toro, qui n'appelle pas d'observation particulière.
- Et ce dernier toro, magnifique, qui fait remarquer son museau bociblanco.
° Finissons sur une interrogation :
- Comment décrire cet étrange toro de CEBADA GAGO ? On prend ici le parti de le déclarer, albahío comme fond de pelage (clair), chorreado en verdugo colorado (plus foncé)... mais ce colorado est d'une tonalité curieuse, tirant sur la couleur brique !
- ° Comment décrire cet autre toro ? On prendra le parti de le déclarer jabonero claro chorreado en verdugo barroso... ce barroso étant un peu trop rouge et un peu trop clair !
Représentait en 1995 1,64% du bétail de combat.
° Castes et encastes concernés
Chez les miura ; dans les élevages Marqués de DOMECQ, Salvador DOMECQ, SAYALERO y BANDRÉS, Sancho DÁVILA... élevages dans lesquels abondent les colorado et les castaño.

(D'après le travail d'Adolfo RODRÍGUEZ MONTESINOS, cf. Bibliographie)