FICHE ENCASTE

parladé

Constitution de l'encaste : 1904-01/1904-03



Le toro placé ici en en-tête de l'encaste est un magnifique semental de Samuel FLORES : l'élevage qui a le plus conservé, de nos jours, le type parladeño.
Très grand encaste vistahermosa dont sortent l'immense majorité des ganaderías modernes. En 10 ans, Fernando PARLADÉ améliore encore [en quoi ? et de quelle manière ?...] ses ibarra, pourtant déjà au sommet de leur forme, créant ainsi son propre encaste ; beaucoup de ganaderos lui achètent des reproducteurs pour améliorer ou créer leur élevage.

Caractéristiques de l'encaste parladé :
° Pelages fondamentaux : Autant les ibarra retrouvaient une grande diversité de pelages, autant les parladé rétrécissent _semble-t-il_ à nouveau l'éventail. Le negro, très dominant, voisine avec toutes les nuances du colorado plus du castaño et un peu de tostado, voire quelques cárdeno . On peut supposer qu'il s'agit d'un choix du ganadero lié à la sélection des reproducteurs, qu'il élimine certaines couleurs par choix ou de fait.
° Particularités du pelage : elles sont assez nombreuses. Probablement pas mal de salpicado (ou burraco), de listón, de bragado, meano et axiblanco ; du chorreado fréquent, du lombardo ; un certain nombre de llorón, ojinegro, ojo de perdiz, bocidorado, bociblanco et gargantillo ; quelques rares carinevado ou caribello, rabicano et rebarbo.
° Cornes : très développées !...
° Force : rien de particulier...
° Morphologie : comme le ibarra, il est haut ("alto de agujas") avec le dos creusé (ensillado) et le train arrière très fin, presque pointu, ce qui accentue l'impression qu'il donne ("aleonado"). (Comme l'ibarreño ?) le parladeño a l'attache de la queue en nette saillie par rapport à la ligne du dos.
° Comportement : grande caste ; mais il est à noter que les parladé sont souvent "abantos" (courant de droite et de gauche de façon désordonnée, fuyards) à leur sortie, ce qui ne facilite pas le toreo de cape. Cette caractéristique se maintiendra tout particulièrement dans l'atanasio, au point d'en devenir une caractéristique typique.

Les 3/4 des devises actuelles sont de sang parladé par 4 dérivations principales : gamero cívico, la suite directe et la grande branche torista de l'encaste, particulièrement aimée au Portugal ; correa dont sortira pedrajas ; tamarón, qui est la branche principale avec lacorte, atanasio et juan pedro... excusez du peu ; et enfin rincón qui sera la base du núñez. Fin XXème siècle, sur quelque 280 élevages inscrits à la UCTL, 186 se prévalent d'une origine parladé, soit 66,43%.