FICHE ELEVAGE

YERBABUENA

Plan : 00.07



En 1995, le matador José ORTEGA CANO et Rocío MOHEDANO JURADO, son épouse, achètent le fer et l'élevage pedrajas des Herederos de Salvador GUARDIOLA DOMÍNGUEZ. Ils créent pour leur élevage "YERBABUENA" (tout un programme !) un nouveau fer.
Théoriquement pedrajas, l'élevage s'avère en réalité d'une composition plus complexe. CANO veut-il créer un nouvel encaste ? Toujours est-il :
° que certains de ses pedrajas d'origine (une 60aine de vaches et 2 étalons) sont sans doute déjà mâtinés de villamarta et peut-être de jandilla ;
° qu'il achète à la source un lot d'une 60aine de vaches jandilla plus un étalon ;
°qu'il achète 20/25 vaches de Luis ALGARRA ; ° et qu'il reçoit en outre en cadeau un étalon núñez de GONZÁLEZ SÁNCHEZ-DALP ; l'ajout n'est pas incohérent si l'on se souvient qu'il y a déjà pas mal de villamarta dans le núñez.
Officiellement, les pedrajas et les jandilla sont élevés séparément, mais l'on sait ce que valent ces déclarations de principe [comme les promesses électorales, elles n'engagent que ceux qui les croient ! dirait un célèbre homme politique français...] ; d'ailleurs, quand il présente ses toros ou qu'il commente leur combat, le ganadero parle lui-même de croisements pedrajas X jandilla. On voit ici en en-tête un novillo né en 2002 : il n'est que moyennement typé pedrajas.
Les premières sorties de l'élevage sont assez irrégulières. Il convient d'attendre, mais l'on craint que le ganadero se souvienne trop du torero et qu'il édulcore la race, dans la lignée de ceux qui ont fait de la plus grande caste du XXème siècle [lacorte] les "larves" que l'on sait... Ainsi en février 1998 à Nimes, sort un lot de novillos à réjouir ce que le mundillo compte de plus contestable : cornes "arrondies", forces limitées ne nécessitant qu'un minuscule picotazo, et noblesse insipide ; en plus 2 novillos sur 6 seulement paraissent dans le type pedrajas. L'année suivante, pour la même Feria de Primavera, le 28 février, changement de décor : honorable comportement à la pique et noblesse de bon aloi, malgré un réel manque de forces pour les 3 premiers ; quant à "TANGUISTO", N°19 et sorti 5ème, sa grande caste, sa bravoure (3 piques poussées, prises avec allant et de plus en plus loin, la 1ère en valant deux et la 3ème donnée en simulacre), sa noblesse et sa charge inlassable pleine d'alegría permettent à l'Arlésien JUAN BAUTISTA (JALABERT) de se régaler et de l'indulter... et au ganadero de le rebaptiser "ROMPEPETO" ! Il était déclaré d'encaste pedrajas, et il en présentait le type. Une grâce généreuse dans l'absolu mais justifiée dans le contexte actuel. Las ! à la Primavera 2.000, c'est le désenchantement complet : le lot de novillos s'avère faible, noble, fade et niais... Mais que peut-on obtenir avec un semental du type de "PELEÓN", N°16, autrefois grâcié en novillada à Nimes par MONTOYA : un novillo à la charge inlassable, certes, mais faible, à peine piqué et d'une noblesse insipide ?... Toutefois, après un certain nombre de sorties décevantes, l'élevage a donné une grande novillada à Madrid en 2006.


Les événements


Date : 1995
  • Cession de bétail :
    L'élevage jdl vend à l'élevage YERBABUENA 1 etalons (encaste jdla).
    Certains parlent de 62 vaches ; cela en ferait autant que de pedrajas : ce n'est pas impossible du tout... L'étalon s'appelle "GAITERO" et semble être le seul acheté chez JANDILLA... Autre question : n'y avait-il pas déjà quelques têtes jandilla et/ou quelques croisés pedrajas X jandilla dans l'achat aux GUARDIOLA ?... Quand on se souvient qu'il y a probablement un peu de sang villamarta dans les pedrajas achetés aux GUARDIOLA, on se demande où veut aller le ganadero... Souhaitons-lui, en tout cas, d'arriver à la même qualité que dans son toreo ! Reste que l'obscurité des transactions, motivée par d'obscures raisons, ne facilite pas la compréhension des choses.

  • Cession de bétail :
    L'élevage Herederos de Salvador GUARDIOLA DOMÍNGUEZ vend à l'élevage YERBABUENA la totalité de ses têtes de bétail (encaste pedrajas).
    CANO achète 62/68 vaches et les étalons correspondants : "PELEÓN", N°16, grâcié en novillada à Nimes par MONTOYA (novillo à la charge inlassable, mais faible, à peine piqué et d'une noblesse fade), et "FARMACÉUTICO". Est-ce bien tout le bétail qui est vendu ? est-il seulement de cet élevage ? c'est seulement le plus probable.

  • Cession de bétail :
    L'élevage jdl vend à l'élevage YERBABUENA un lot de ses vaches (encaste jdla).

  • Cession de fer :
    L'éleveur Herederos de Salvador GUARDIOLA DOMÍNGUEZ vend à l'éleveur José ORTEGA CANO et Rocío MOHEDANO JURADO le fer Salvador Guardiola Domínguez qu'il affecte à l'élevage YERBABUENA

  • Création :

  • Création :

    La nouvelle YERBABUENA est en fait l'ancienne MATUTE de Juan Antonio RUIZ ROMÁN "ESPARTACO".


Date : entre 1995 et 1997
  • Cession de bétail :
    L'élevage alg_cp donne à l'élevage YERBABUENA 20/25 têtes de nature inconnue (encaste núñez).
    Voilà qui est tout à fait cohérent avec le jandilla, et qui indique bien les goûts "toreristas" Cet étalon est un cadeau [quels en sont les motifs ?]. Il vient compliquer encore un peu le sang de l'élevage ; mais l'ajout n'est pas incohérent si l'on se souvient qu'il y a pas mal de villamarta dans le núñez. CANO va-t-il créer un nouvel encaste ?...

  • Cession de bétail :
    L'élevage gzlz_sch_dlp donne à l'élevage YERBABUENA 1 etalons (encaste núñez).
    Cet étalon est un cadeau [quels en sont les motifs ?]. Il vient compliquer encore un peu le sang de l'élevage ; mais l'ajout n'est pas incohérent si l'on se souvient qu'il y a pas mal de villamarta dans le núñez. CANO va-t-il créer un nouvel encaste ?...


Date : 1997
  • Cession de bétail :
    L'élevage jdl vend à l'élevage YERBABUENA un lot de ses vaches (encaste jdla).

  • Cession de bétail :
    L'élevage alg_cp vend à l'élevage YERBABUENA 20/25 vaches (encaste jpdr).
    Voilà qui est tout à fait cohérent avec le jandilla, et qui indique bien les goûts "toreristas" du ganadero.